A la découverte d'un auteur - Eric Albert

Posté par Gilles Arnoult le 10-02-23 dans Auteurs

Bien décidé à devenir dessinateur de bande dessinée dès mon plus jeune âge, j’utilisai pour cela un parcours approprié : études de droit, vendeur de moquettes, standardiste dans un Office de logement sociaux, etc.
En ces temps reculés le service militaire existait encore (Eric Albert est français, aujourd'hui, il vit et travaille au centre du pays, en Creuse) , je fus donc appelé sous les drapeaux et mes brillants débuts furent interrompus. Mais mon incontestable don pour le dessin fut vite repéré et mis en valeur par l’armée, me permettant de remplir pendant un an des formulaires et autres bordereaux à la Cartothèque Militaire de Levallois-Perret.
Malgré ce quasi exil et ces conditions extrêmes –habitant alors le sud du 92 et non le nord, je ne pouvais pas rentrer plus d’une fois par jour chez moi- je mis à profit un emploi du temps somme toute allégé pour fréquenter les cours du soir de l’École Supérieure des Arts Appliqués Duperré.
Après avoir servi la Patrie pendant douze mois, je réussissais alors, grâce à des complicités internes et inavouables, à squatter les cours de modèle vivant des Beaux-arts tout en persévérant dans des métiers qui ne pouvaient qu’enrichir ma formation pour devenir créateur de petits mickeys. Les plus représentatifs étant sans doute manutentionnaire dans une usine de yaourts, et relation publique dans une mairie. 
Grâce aux sommes considérables accumulées par ce labeur enrichissant, je parvenais à me payer un an de cours d’arts graphiques à l’Atelier Baudy à Paris. Mille remerciements au passage à mon Bon Maître, monsieur Leidner.
Frais émoulu de cet établissement sans doute prestigieux, j’eu l’opportunité de rencontrer quelqu’un qui connaissait une personne qui savait qu’un type recherchait un quidam connaissant un dessinateur qui voudrait bien consentir à réaliser des illustrations pour un livre publié par monsieur et madame Hachette. 
Ce fut mon premier contrat professionnel et le début d’une carrière qui me rendit célèbre jusque chez mon beau-frère.
Walt Disney étant déjà mort, ce n’est pas lui qui décida de me contacter quelques années plus tard pour participer à la réalisation de dessins animés en parallèle de mon métier d’illustrateur.
Ces diverses occupations, certes liées au dessin, ne me laissait pas le temps de revenir à ma vocation première.
Mais cette année, alors que je terminais un ouvrage aux (épatantes) éditions Comedia, le goût très sûr des éditions Delcourt me permit finalement de tenir cette promesse que je m’étais faites étant adolescent : « réaliser de la figuration narrative » (ce qui fait plus chic que « faire de la BD », convenons-en.)

 

Le blog d'Eric

Le Roman illustré et personnalisé

Poster un commentaire

Captcha ImageCaptcha ImageCaptcha ImageCaptcha Image